Ensemble contre l'intimidation

Catégorie: Divers / Diffusion: 5 décembre 2011 / Par: Karine Côté-Andreetti

Une histoire a secoué le Québec en entier dans la dernière semaine. Et cette histoire n'appartient pas qu'à Marjorie Raymond.

C'est celle de milliers de jeunes, c'est celle à une société complète.

Ça fesse de réaliser et de comprendre comment les gens peuvent tuer de plusieurs manières différentes. L'histoire de Marjorie Raymond, comme celles de milliers d'autres jeunes qui se battent chaque jour pour rester forts, me fait réaliser à quel point le monde peut parfois, même trop souvent, être laid. Et peut-être bien que cette fois-ci, une conscience fera écho jusqu'à tous ceux qui l'enlaidissent, soit les jeunes qui intimident, la direction qui ne réagit jamais et tous ceux qui ferment les yeux en banalisant un peu trop.

Le vidéo de Laurent Paquin a incité de nombreuses autres personnes, artistes ou non, à partager leurs expériences antérieures sur l'intimidation. Stéphane Bellavance a lancé, dans les derniers jours, une magnifique initiative. www.cafinitla.ca, une page YouTube ou tous peuvent partager leurs vidéos. Je suis contente de voir qu'on réagit. Ça ne m'agace pas que tous désirent y mettre du sien. On accuse tellement souvent le Québec de chialer sans réagir, et aujourd'hui, à notre manière, on essaie. J'aime croire qu'on s'est réveillé réellement sur une cause juste et importante. Peut-être est-ce un peu trop utopiste, mais étant moi-même humaine, j'ai envie de croire qu'on peut faire des belles choses quelquefois. 

Parce que la vérité est qu'il y a un manque important de ressources dans les écoles pour sensibiliser, écouter et agir. C'est qu'il y a un manque de tact de la part des parents et de la direction qui ne prennent pas au sérieux les tentatives de certains de mettre un terme à leur calvaire. C'est qu'il y a un manque d'éducation quant à la portée des mots, des gestes ainsi que sur le respect. Il faut agir pis vite. Parce qu'en date d'aujourd'hui, c'est déjà trop tard et qu'on a d'innombrables vies à rattraper. Des mots, ça fait mal. Et je crois sincèrement que c'est la pire arme de toutes.

Il faut tous se convaincre que ce n'est pas trop tard.